Toutes les affaires

Prévenir la pédophilie

Si la question de la récidive des pédophiles est un sujet rebattu par les politiques et les médias à chaque fait divers, celle de la prévention, qui serait d’empêcher des pédophiles de passer à l’acte, est en revanche souvent passée sous silence. Le terme de pédophile désigne une personne qui éprouve des désirs et une attirance sexuelle pour des enfants, il ne s'agit donc pas forcément d'un agresseur sexuel.

L'association l'Ange Bleu et la FCRIAVS (Fédération nationale des Centres Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles) ont  donc notamment pour but de prévenir ce passage à l'acte. A l'aide de permanences téléphoniques, de soins psychologiques, de groupes de parole, elles assistent pédophiles et victimes.

Enlèvement d'enfants à l'international : le parcours du combattant

Face à l’enlèvement de leurs enfants à l’international, de nombreux parents se retrouvent confrontés à l’impuissance de la justice et de l’Etat français. Poursuites judiciaires en France et dans le pays où l’enfant est retenu, traduction des documents officiels, saisine de différentes institutions de médiation, mais aussi menaces de leur ex-conjoint(e)… Les parents victimes doivent faire face à de nombreuses épreuves pour retrouver leurs enfants.
 
Retrouvez dans ce dossier :
- le témoignage d’Elodie Bellemaison sur son fils Asim, enlevé en Egypte par son père le 24 novembre 2012 ;
- le témoignage de Maxime Gharbi sur ses deux enfants, enlevés en Tunisie par leur mère le 1er juillet 2008 ;
- le témoignage de Stéphanie Vogt sur son fils Ismael, enlevé en Egypte par son père le 23 octobre 2013.

Les corps de leurs proches décédés vus à la télévision

En septembre 2011, une célèbre chaîne de télévision diffusait une émission spéciale portant sur le travail des médecins légistes. A l'écran, les téléspectateurs ont ainsi pu voir une médecin se rendre sur des scènes de décès et ausculter des personnes décédées...

Problème : leurs familles n'avaient donné aucune autorisation. Depuis bientôt trois ans, elles se battent avec leur avocat Maître Diboundje pour que justice soit rendue à leurs proches.

Stages en France : comment les encadrer ?

En France, en 2012, 1,6 million de stages ont été organisés en 2012, contre 600 000 en 2006. Une réalité bien souvent synonyme d'abus : pour les entreprises, les stagiaires représentent une main d'oeuvre peu onéreuse, voire gratuite.

Pour le collectif Génération Précaire, une meilleure réglementation des stages doit être mise en place. Le but : protéger les jeunes d'une précarité galopante et leur éviter les déboires des emplois masqués ou des fameux "stages photocopie".

Dominique Glaymann, sociologue et professeur, réfléchit quant à lui sur les stages en tant que dispositifs pédagogiques, ce qu'ils devraient être en premier lieu. Pour lui, c'est aux écoles et aux universités de mieux les réglementer afin d'en améliorer la qualité.

Retrouvez dans de dossier :
- le scandale des stages d'été dénoncé par Génération Précaire et les propositions du collectif pour une meilleure réglementation ;
- l'analyse du sociologue Dominique Glaymann sur le stage en tant que dispositif pédagogique, issu de son ouvrage paru en 2013 "Le stage : formation ou exploitation ?" ;
- l'analyse du projet de loi Khirouni pour améliorer le statut des stagiaires par Génération Précaire, la CGT et l'UNEF : de nouvelles promesses non-tenues ?

Pour le maintien du service d'oncologie pédiatrique de Garches

Le service du docteur Delépine est menacé de fermeture. Peu à peu asphyxié par une diminution progressive de ses moyens, il a été définitivement condamné le 22 octobre 2013 lorsque l'AP-HP a annoncé sa fermeture en juillet 2014, à l'occasion du départ en retraite de sa responsable, Nicole Delépine.

Ce service est pourtant le seul à proposer un traitement individualisé aux enfants atteints de diverses formes de cancers des os (neuroblastomes, ostéosarcomes, etc.). Pour beaucoup de familles, cette unité est le dernier espoir.

Le docteur Nicole Delépine, chef du service, et les parents des petits patients s'expriment pour le maintien du service sur maVéritésur. Dans notre affaire, retrouvez :
- la lettre ouverte de Nicole Delépine à François Hollande pour le maintien du service ;
- le témoignage d'Alexandre Garcin, dont le fils Lenny a été traité au service jusqu'à son décès, en septembre 2013 ;
- l'analyse du docteur Delépine sur l'oncologie pédiatrique en France
- le récit d'une maman dont la fille, Liya, a été traitée dans le service du docteur Delépine et est aujourd'hui en rémission ;
- une explication du docteur Delépine sur l'utilisation des protocoles en oncologie pédiatrique : "quand l'ordinateur remplace le médecin".

Les mythes historiques

Découvrez notre série spéciale mythe historiques ! Des grandes invasions à Clovis, des Gaulois à la vie politique du XXe siècle, notre prof d'histoire décortique pour vous les légendes et idées reçues de notre Histoire... Alors, qui était le barbare Attila ? Qui est vraiment le premier roi de France ? Charlemagne a-t-il inventé l'école ? Et d'où viennent toutes ces "fausses vérités" qu'on nous apprend à l'école ?

Laissez-vous guidez par Laurent Avezou, docteur en Histoire, spécialiste des mythes historiques et de l'imaginaire national et auteur de "Raconter la France : histoire d'une histoire" en 2008 et de "100 questions sur les mythes de l'Histoire de France en 2013.

L'arbitraire en psychiatrie : la problématique de l'internement abusif

En France, l'hospitalisation sous contrainte des malades mentaux est toujours possible. Elle peut se faire sur demande de tiers ou parce qu'ils sont considérés comme dangereux pour les autres ou pour eux-mêmes. Cependant, la loi qui encadre cette pratique laisse le champ libre à de nombreux abus...

Une séparation difficile, un différend entre particuliers, une garde contestée des enfants... De nombreux cas particuliers peuvent donner lieu à des internements abusifs.

Sur maVéritésur, un avocat, une victime et une association ont choisi pour dénoncer cette pratique.

Dans notre dossier, retrouvez :
- l'explication en vidéo de Maître Raphaël Mayet, spécialiste de la défense des personnes hospitalisées sous contrainte et particulièrement des victimes d'internement abusif ;
- le témoignage de Valérie Dubois. Internée un mois par son mari, elle a été reconnue victime d'un internement abusif... Pourtant, elle doit encore se battre pour récupérer la garde de ses enfants ;
- la Vérité du CRPA, le Cercle de Réflexion et de Proposition d'Actions sur la psychiatrie, via le texte et l'interview de son président André Bitton, qui nous explique les différents cas que l'association est amenée à traiter.

"Pour une agriculture de demain" de Gérard Le Puill

Dans « PRODUIRE MIEUX pour manger tous d’ici 2050 et bien après », en librairie depuis le 21 juin dernier, Gérard Le Puill a voulu cerner les enjeux agricoles et alimentaires des prochaines décennies. Il a voulu répertorié des pratiques agricoles écologiques et durables, afin de répondre à la situation alimentaire alarmante de notre époque.

Pendant plusieurs mois, le journaliste est allé à la rencontre de paysans aux exploitations innovantes.

Dans les chapitres de son livre, et dans les textes qu’il publie sur maVéritésur, il raconte leur histoire. On y découvre de nombreuses pratiques agricoles : le non-labour et le travail simplifié des sols, l’agroforesterie et ses châtaigneraies, le maraîchage péri-urbain et les ceintures vertes, la reconquête des vallées, et bien d’autres exemples encore.

Tous les quinze jours, retrouvez un texte de Gérard le Puill sur maVéritésur. Et pour en parler, n’hésitez pas à le contacter à cette adresse : glepuill@humanite.fr

Une fin de vie dans la dignité : le tabou de l'euthanasie

« Je n’en peux plus, je veux mourir. » Lancinante, douloureuse, cette phrase ponctue sans relâche l’émouvante tribune de Marie-Pascale Doutriaux. Atteinte d’une sclérose en plaques fulgurante, cette ancienne chercheuse du CNRS rouvre le débat sur l’euthanasie.

Le mot est tabou. Jusqu’à présent, la fin de vie des patients reste régie par la loi Leonetti qui a pour objet d’éviter l’euthanasie, grâce au développement des soins palliatifs et à la possibilité d’arrêter le traitement des patients sous certaines conditions. Lors de sa campagne, François Hollande s’était engagé à « introduire la possibilité de bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité, dans des conditions précises et strictes ».

Un rapport, dirigé par le professeur Didier Sicard et remis au gouvernement en décembre 2012, préconisait que l’assistance au suicide puisse être envisagée dans certains cas de maladie incurable et évolutive, mais évoquait peu l’aide active à mourir. Le 1er juillet, le Comité consultatif national d’éthique rendait un avis proposant quelques évolutions mais ne tranchant pas sur l’assistance au suicide. Depuis François Hollande s’est déclaré favorable à l’ouverture d’un débat public sur cette problématique, évoquant la possibilité d’un projet de loi d’ici la fin de l’année

Toujours pas de législation concrète, donc, sur cette épineuse question. Sur maVéritésur, médecins, familles et malades ont déjà choisi de s’exprimer en faveur de, ils n’ont pas peur du mot, l’euthanasie.

Dans notre dossier, retrouvez :
-          « Ma douleur, votre satisfaction : mon droit de mourir » : la tribune de Marie-Pascale Doutriaux, atteinte d’une sclérose en plaques fulgurante. En souffrance, elle ne cesse de répéter à sa famille et ses médecins qu’elle veut mourir
-          « Les citoyens gravement malades deviennent-ils incapables de décider ? » : le médecin Bernard Senet a aidé certains de ses patients à mourir… aujourd’hui, il milite en faveur de l’euthanasie.
-          « Ma fille Coralie, 20 ans, est décédée par euthanasie » : Silviane Le Menn nous parle du drame de l’euthanasie. Il y a 20 ans, elle a aidé sa fille, atteinte d’un cancer des os du visage, à mettre fin à ses souffrances.
-          « Aide active à mourir pour des cas de non-vie tel que celui de notre fils » : Paul Pierra veut attirer l’attention sur le sort des patients en état végétatif, les oubliés des législateurs. En 2006, le décès de son fils a été un cauchemar.
-          « La fin de vie de mon père : quand « laisser mourir » ne suffit pas » : Aurélie Le Custumer parle de la fin de vie de certains malades. Privé d'eau, son père a mis trois semaines à mourir.

Affaire de Lotos-bingo

Juillet 2013 :

En France, près de trois millions de personnes jouent au loto chaque année. Connus pour occuper les soirées des personnes âgées, ces événements sont également une source de financement essentielle pour les associations. Les structures confient le plus souvent la logistique de leurs lotos à des prestataires animateurs.
 
Or, si la législation française autorise les associations à organiser des loteries dans un but social, un flou entoure ces prestataires. Depuis quelques années, des douanes s’appuient ainsi sur une loi de 1836 pour les faire condamner. Calculées trop vite, peines incroyablement lourdes, allant jusqu’à plusieurs millions d’euros.
 
Sauf que ces personnes ne sont pas rémunérées au-delà du SMIC… Si la situation semble ubuesque, c’est qu’elle relève d’un véritable imbroglio juridique dans lequel douanes, tribunaux et administrations se perdent.
 
De plus en plus de prestataires sont concernés et condamnés à rembourser leur vie restante des sommes qu’ils n’ont jamais encaissées. On dénombre plus d’une trentaine d’affaires à ce jour.
 
Dans ce contexte, il est urgent de légiférer afin d’adopter des règles précises pour encadrer l’organisation des lotos.
 
Nous sommes allés à la rencontre de ces prestataires. Nous avons discuté avec leurs avocats. Nous avons épluché des procès-verbaux, textes de lois, circulaires et questions au gouvernement sans jamais trouver de réponse claire. Aujourd’hui, les avocats lancent l’alerte auprès des animateurs et présidents d’associations en France.
 
Toute l'affaire est sur la plateforme maVéritésur.com avec :
  • Une analyse centrale pour cerner les principaux enjeux du dossier ;
  • Un reportage de 13 minutes avec les prestataires et leurs avocats ;
  • 7 Vérités d’animateurs et de leurs avocats pour entrer en détails dans chacune des histoires.

Mise à jour Juin 2014 :

Depuis la sortie du reportage deux nouvelles affaires ont été publiées:

- Loto bingo : 850 000 euros d'amende pour des bénévoles
- Interdiction de faire des lotos-bingos pour notre club de football

Nous avons également publié un nouvelle synthèse de l'affaire "Rebondissement dans l'affaire des lotos bingos" où est expliqué que les casinos sont dorénavant autorisés à organiser des lotos bingos pour leur propre compte. Surtout, un régime fiscal a été créé spécifiquement pour cette nouvelle activité. Et ce régime n'a rien à voir avec ce qui a été appliqué aux animateurs et bénévoles du milieu associatif.

Ces maladies rares qui ruinent votre vie…

De nos jours, de trop nombreuses maladies sont encore peu ou mal dépistées et pas prises en compte par la médecine traditionnelle et ce pour différentes raisons : ressemblance à d’autres maladies, dépistages coûteux ou en cours de développement voire inexistants, symptômes inconnus, incompétence du corps médical…

Et pourtant, de nombreuses personnes souffrent,dans l’anonymat et parfois le silence, de ces symptômes aussi divers que douloureux et dangereux ruinant ainsi des vies de famille, des amitiés et des existences autrefois normales.
Le commun des mortels n’imagine pas à quel point la souffrance de ces individus malades peut être profonde. Pour éviter cela, retrouvez nos vériteurs courageux qui se sont engagés à faire connaître et reconnaître leur maladie. Soutenez-les dans leur démarche en faisant connaitre leur combat !

Maladie de Lyme

3 témoignages poignants sur les conséquences de la boréliose de lyme, maladie bactérienne transmise par les morsures de tiques et dont le dignostique est difficile. Les symptômes sont proches de ceux de la fibromyalgie (état musculaire douloureux chronique qui se traduit notamment par une fatigue physique) et une confusion est souvent établie entre les deux maladies retardant la prise en charge des patients.

Syndrome du nez vide

Le syndrome du nez vide apparait à la suite d'une opération chirugicale manquée qui prive le nez d'une partie de sa muqueuse nasale. Après plus de 4 ans de consultation d'un grand nombre de spécialistes, Laurence peut enfin mettre un nom sur ses graves maux de têtes, difficultés respiratoires et pertes de mémoires. Laurence, avec son association, se bat pour déclencher une prise de conscience et pour que cette pathologie dévastatrice soit reconnue par les pouvoirs publics et les organismes sociaux. Cette reconnaissance permettra enfin une égalité de traitement des malades selon les régions et qun accès aux soins adaptés sans lutte inutile pour les patients.

Maladie de Verneuil

La maladie de Verneuil est une inflammation des glandes sudoripares, qui font la sueur. Elle se manifeste par l’apparition de nodules ou kystes, « avec un renflement rouge qui peut spontanément et sur une moyenne de 7 jours percer », laissant s’écouler soit du pu ou du sang, et qui est très douloureux au point de gêner toutes gestuelles. Pour l'association "Vivons mieux la maladie de Verneuil" il est essentiel de vulgariser cette pathologie qui représente un tabou et qui engendre une très mauvaise image et estime de soi.

Syndrome d’Ehlers-Danlos

Le syndrome Ehlers Danlos est une maladie génétique touchant le tissu conjonctif. Elle entraine de nombreux symptômes : subluxations, luxations, troubles gastro-intestinaux, migraines, troubles respiratoires, la fatigue, une fragilité de la peau, problèmes de vue et d’audition… et surtout, la douleur. Douleurs articulaires, musculaires, osseuses, internes, elle s’insinue partout à la fois, tout le temps… Comme toutes les maladies rares, le manque de reconnaissance de la maladie et la difficulté de son diagnostique obligent les individus touchés à affronter bien plus que la seule maladie. L'intermittence de ses effets est également source de beaucoup d'incompréhensions.

Syndrome douloureux régional complexe (SDRC)

Le syndrome douloureux régional complexe (SDRC) est le « nouveau » terme médical qui tend à remplacer ceux de dystrophie (ou algodystrophie) sympathique réflexe et d’atrophie de Südeck. ll s’agit d’une douleur ressentie, au-delà du siège de lésion, qui est disproportionnée en intensité par rapport à l’événement accidentel initial. La cause exacte de ce syndrome est encore méconnue

Maladies du foie enfantines

On ne connait pas l'origine de cette maladie qui touche un bébé sur 12 000 naissances en Europe. Concrètement, cette maladie a pour conséquence la destruction des voies biliaires, c'est-à-dire que la bile ne peut plus sortir du foie, ce qui participe à la destruction de celui-ci déjà touché par la maladie. L'Association maladies foie enfants (AMFE) a lancé en janvier 2012 une campagne nationale d'information, à destination des parents ayant un nourrisson, sur le dépistage de la cholestase néonatale.

Escroquerie sur Meetic: une affaire pas comme les autres

Les arnaques et autre escroqueries sur internet sont devenues de plus en plus fréquentes et organisées. En effet, certains internautes mal intentionnés ont établi des techniques toutes plus sophistiquées les unes que les autres pour tenter de soutirer de l’argent à des personnes bienveillantes.

Ces arnaques touchent tous les domaines, mais il en est un qui est encore plus sensible, celui des sentiments. En effet, ces malfaiteurs s’en prennent parfois aux sentiments de quelques internautes et jouent avec afin d’arriver à leur fin.

Ainsi, l’une de nos vériteuses, Valérie Prioul, s’est faite escroquer sur le site de rencontre Meetic et a perdu une somme d’argent importante :

http://www.maveritesur.com/valerie-prioul/escroquerie-sur-le-site-de-rencontre-meetic/417

Après avoir publié sa vérité et avoir prévenu le site de rencontres amoureuses online, ce dernier a accepté de venir en aide aux internautes escroqués et a publié une vérité sur les différentes façons d’éviter ces arnaques.

Une réponse à Valérie Prioul et à toutes celles et ceux qui, en plus d’avoir perdu des sommes parfois élevées d’argent, ont eu le cœur brisé.

http://www.maveritesur.com/dalmar-nicolas/comment-utiliser-meetic-en-toute-serenite/431

L'affaire El Shennawy: une justice à deux vitesses.

"Un homme en prison à perpétuité pour un crime dont il se dit innocent depuis 35 ans, rattrapé par la justice à la suite de ses évasions. Un homme qui choisit de ne plus se nourrir pour reprendre le contrôle de sa vie, pour qu’on reconnaisse ses droits inaliénables d’être humain. Un homme qui se bat pour retrouver un ciel sans barreaux, sa liberté et son avenir.
 
A cinquante-huit ans, Philippe El Shennawy a vécu emmuré presque en continu depuis 1975, date de sa première incarcération pour un vol à main armée. Depuis, il a tourné dans quasiment toutes les prisons de France, ballotté, étiqueté D.P.S, placé pendant 19 ans à l’isolement. Il s’est battu, partout où il est passé, pour les droits des prisonniers et contre les injustices trop souvent répétées de l’univers pénitentiaire et d’une justice française à deux vitesses.
 
Aujourd’hui, Monsieur El Shennawy, Président d’Honneur de l’association Ban Public, est toujours derrière les barreaux et continue, courageusement, à tenter de faire bouger les choses de l’intérieur dans un environnement malsain. Deux vériteurs reprennent donc son histoire ; le premier, « BAN PUBLIC », l’association menant le combat des conditions de détention, nous raconte se grève de la faim commencée à l’été 2012 
http://www.maveritesur.com/public-ban/ma-verite-sur-l-emprisonnement-de-philippe-el-shennawy/129
 
Dans une seconde vérité plus juridique, Maud Marian, avocat au Barreau de Paris, raconte combien les étourderies et les non-sens jalonnent le parcours judiciaire de M. El Shennawy 
http://www.maveritesur.com/maud-marian/philippe-el-shennawy-une-peine-de-mort-qui-ne-dit-pas-son-nom/354
 
Philippe El Shennawy a toujours été sous les feux des médias et, à près de 60 ans, la justice l'oublie dans ses geôles avec la promesse d'être libre pour ses 78 printemps. Venez retrouver son histoire peu commune et tenter de comprendre le combat de ce détenu un peu particulier. » 

Maud Marian
Avocate au barreau de Paris

Victime d'une arnaque?


Bonjour et bienvenue sur le site www.maveritesur.com.
 
Vous avez été victime d’une arnaque et vous souhaitez partager votre expérience avec d’autres internautes, trouver des solutions pour réparer l’arnaque, constituer un collectif ou une association pour dénoncer et lutter contre cette escroquerie: maVéritésur.com répond à votre besoin.
 
Notre plateforme d’expression vous permet de témoigner librement et de toucher une large catégorie d’internautes ainsi que des journalistes qui pourraient être intéressés par votre histoire. Pour cela, vous avez la possibilité de créer un dossier comprenant tous les outils nécessaires (vidéo, photos, documents papiers, « véritomètre », médias, interviews...) à l’expression de votre expérience.
 
Vous n’êtes pas SEULS ! Retrouvez déjà plusieurs affaires en cours dénoncées par nos internaute, par exemple me site internet 1855.com, le primeur en ligne qui ne livraient pas ses clients. Grâce à maVéritésur.com, une association est née et ses membres se sont unis afin de porter plainte contre cette entreprise et se faire dédommager.
 
Vous trouverez un bon exemple des possibilités que vous offre le site en cliquant sur le lien suivant :
 
http://www.maveritesur.com/delphine-veau/1855-ventes-frauduleuses-de-primeurs-sur-internet/26
 
Alors n’hésitez plus, venez rejoindre notre communauté et trouver VOS solutions en publiant VOTRE vérité. La vérité et rien que la vôtre, voilà ce que nous vous offrons !
 
L’équipe MVS

Affaire 1855.com

Par Alain ERSHAM, Président de l’association ABUS 1855

Des centaines de clients lésés, des plaintes en cascade, une chute brutale des ventes… Tout cela découle des ventes de vins en primeurs litigieuses sur le site 1855.com.

Le principe de la vente en primeur est pourtant attrayant : les clients achètent leurs vins, souvent des grands crus, quelques mois après les vendanges et sont livrés une à trois années plus tard, après avoir réglé la TVA. Rappelant le système des marchés à terme, ces ventes en primeurs supposent la bonne foi du négociant mais aussi des viticulteurs. Or, les vins vendus par 1855.com impliquaient des récoltes qui ne leur avaient pas toujours été réservées par les vignerons…

Dénoncée par Delphine Veau sur maVeritesur.com le 23 Mars 2012, cette affaire a rassemblé de nombreuses victimes, dont votre serviteur.

Forts de ce rassemblement et de cette énergie, nous avons pu créer une association de victimes dénommée ABUS 1855 (Au bénéfice des usagers spoliés de 1855) afin de solidariser leur action en justice, dont j’ai l’honneur d’être le Président.

Nous avons déjà reçu plus d’une centaine de demande d’adhésions et comptons déjà plusieurs dizaines de membres.

L’avocate de l’association, Maître Hélène Poulou, a déjà obtenu une première condamnation au civil de « 1855.com » et compte bien récidiver pour les autres victimes.

Venez découvrir les dessous de cette affaire sur maVeritesur.com.

Ils révèlent leurs Vérités