Toutes les Vérités > Racisme anti-blanc : peur et stigmatisation

Racisme anti-blanc : peur et stigmatisation

Publiée le 20/12/2012 |
13090 | 2 |

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Le débat sociétal actuel sur le « mariage pour tous » en question.

Publié le 29/01/2013 | Mis à jour le 29/01/2013
Image principale du rebondissement La manifestation de tous les conservatismes, de la droite à l’extrême-droite allant jusque dans les rangs de l’obscurantisme catholique, a rassemblé le 13 janvier dernier des milliers de personnes dans les rues de Paris. A l’évidence, cela montre que de nombreux citoyens dans notre pays sont encore loin d’une reconnaissance de l’égalité pour tous.
 
Rappelons quelques faits :
Lors des élections présidentielles de 2002,  se voyaient qualifiés pour le second tour, le candidat de la droite républicaine Jacques CHIRAC et celui de l’extrême-droite Jean-Marie LE PEN.
Le 1er mai 2002, entre les deux tours, une manifestation immense rassemblait à Paris des dizaines de milliers d’hommes et de femmes épris de liberté et qui, à l’appel de tous les partis de gauche (sauf LO) appelaient à faire barrage au front national et votez pour Jacques CHIRAC.
La droite avait refusé de se joindre à cet appel.
Les mêmes conservateurs réactionnaires cités plus haut et qui étaient dans la rue dimanche 13 janvier avaient refusé de s’y joindre, prétendant que ce n’était pas dans leur culture de descendre dans la rue.
 
En 1984, les mêmes, comme le 13 janvier descendaient dans la rue pour défendre l’école (confessionnelle) privée. Une fois de plus, ils étaient des dizaines de milliers.
 
Nous respectons la liberté de conscience ainsi que le droit à manifester pour tous, mais nous avons aussi le droit de penser que ces divers mouvements défendent une liberté « à géométrie variable ».
Aujourd’hui, ce débat, important, mérite il est vrai des réponses aussi, importantes. Mais, quelles que soient les tergiversations des uns et des autres, on ne nous fera pas prendre des vessies pour des lanternes. La droite, alliée objective de l’extrême droite se révèle revancharde, refuse l’alternance, considère qu’elle a perdu le pouvoir par accident et que le gouvernement actuel n’est pas légitime.
Ils exigent un référendum, Pourtant le 6 mai 2012, le candidat porteur de cette promesse de campagne a été élu .Celle-ci figurait dans son  programme.
 
Que serait notre pays si la république, laïque avait écouté le chant des sirènes conservatrices qui s’est exprimées, en 1984, le 13 janvier dernier et à d’autres occasions.
 
Le divorce n’existerait pas, la femme devrait encore demander à son mari le droit de travailler, de posséder son propre compte en banque. Pas de pilule, pas de préservatif, pas d’avortement, pas de bébé éprouvette, pas de PMA pour les couples qui ne peuvent avoir d’enfant.
Pas de PACS.
Notre pays connaitrait encore la peine de mort.
Imaginons que nous ayons cédé, que serait la France aujourd’hui ?
 
Voila quelques raisons qui nous conduisent à penser que l’évolution naturelle de notre société passe par l’adaptation de la loi. Donc, à ce titre le code civil, référence historique de notre République, doit être modifié pour assurer l’égalité pour tous les citoyens.
Le mariage pour tous, simple reconnaissance de faits qui nous entourent doit permettre à deux personnes qui s’aiment de s’unir, Il ne doit pas être réservé uniquement à des personnes de sexe différent. L’homosexualité, n’est ni une maladie ni une tare, ni de la perversion sexuelle.
 
 Les couples gays ou lesbiens, obligés de se cacher hier osent vivre « normalement » comme les autres citoyens. Alors ils nous ressortent leur argument favori, celui de la normalité sexuelle entre un homme et une femme qui conduit au mariage, ce qui induit l’anormalité chez les homosexuels et leur barrerait ainsi la route de l’union civile.
 
Les mots les plus souvent utilisés par les adversaires du mariage pour tous sont : filiation, biologie, 2 papas, 2 mamans, mariage civil, mariage religieux, PMA.
Le seul mot qui compte n’est jamais prononcé, « Amour ».
Pourtant n’est-ce pas la raison la plus importante quand un couple tient à vivre ensemble.
Les nouvelles pratiques de vie, un enfant sur deux naît hors mariage, 26 % des enfants vivent dans une famille monoparentale. Les familles recomposées sont de plus en plus nombreuses. Comme le dit Esther BENBASSA (1) « les humains ne sont pas que des êtres biologiques prisonniers d’une nature invariable ce sont aussi des êtres culturels dont les comportements sont d’abord structurés par des modèles dominants, et donc susceptibles de changer ».
 
La France conservatrice est recroquevillée sur ce sujet comme sur bien d’autres.
La peur de l’autre. L’étranger, l’immigré, l’Arabe, le gay, l’autre qui est différent. Le Rom, le voisin qui fait du bruit, tout ce qui le dérange et qui va devenir le bouc émissaire en cas de crise.
Ce repli sur soi conduit cette frange importante réactionnaire de la société à descendre dans la rue pour défendre son identité. Comme si cette réaction pouvait exorciser sa peur.
 
Ce projet de société se doit d’être complet. C’est la raison pour laquelle, nous pensons que, dans la loi qui va être discutée et sans doute adoptée par les 2 chambres prochainement, la PMA (procréation médicale assistée) pour les couples de femmes doit y figurer.
Le parti socialiste, qui a en charge les débats ne doit rien céder au conservatisme social.
 
Chaque avancée significative pour la liberté dans notre pays s’est toujours réalisée dans des affrontements d’idées plus que dans la concertation.
 
Le 93 au cœur de la République, association attachée à la défense des libertés, ayant fait de ses premiers combats celui de la défense de la diversité dans notre République se devait de donner son opinion.
 
Attachée à la liberté, nous soutenons cette loi généreuse, qui reconnaitra enfin le droit pour tous les citoyens, de même sexe ou de sexes différents de vivre ensemble, sous le même toit avec les mêmes droits. 


(1) Esther BENBASSA : Sénatrice EELV, directrice d’étude à la Sorbonne.
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :