Toutes les Vérités > ma Vérité sur l’inclusion des enfants handicapés en milieu scolaire

ma Vérité sur l’inclusion des enfants handicapés en milieu scolaire

Publiée le 13/11/2014 |
14786 | 6

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Réagissez !

Pour réagir, vous pouvez :
S'inscrire ou réagir directement
Un espace de parole libre est disponible sur le forum, pour y accéder cliquez ici.

Les réactions(6 réactions)

lodie84 Le 21/11/2014 à 01:19 | #6
Regroupez-vous tous ceux de la rubrique "H" = "Handicap" : le nombre fait la force soit la Fraternité en République. Je vous laisse à vos signataires silencieux. Dernier soutien.
Ricaric84 (membre) Le 16/11/2014 à 14:27 | #5
Vous pouvez me répondre sur votre page c'est-à-dire en cliquant au bas de votre article à "Réagir". Vous écrivez votre speudo et (votre e-mail que je ne verrais pas comme vous ne voyez pas le mien) et vous me dites ce que vous pensez de mes messages. Vous verez que comme tous, vous recevrez que trés peu de soutien et d'aide utile. Les gens sont égoïstes ou ils vous dirons "courage"...Regardez tous les sites qui existent et où les plaignants ou vériteurs n'ont que peu de réponses. Si aucune réponse, j'arrête là. Solutions : Erire à tous les députés et les sénateurs.De plus, pourquoi ne pas faire comme les associations qui en collectant des bouchons arrivent à acheter des quantités de fauteuils pour handicapés.SAVOIR QUOI COLLECTER pour faire de l'argent qui peut vous aider à payer les auxiliaires de vie scolaire ou à dédommager vos bénévoles, à condition qu'on vous donne le droit de les faire rentrer dans les écoles. Voir d'abord ce point : droit d'entrée de vos AVS .
Il se sert à rien d'attendre de l'état surtout quand le temps presse car vos enfants grandissent vite.
Ricaric84 (membre) Le 16/11/2014 à 00:59 | #4
Je m'y suis mal prise : lire le message du plus bas au plus haut. Désolée. 2500 caractères, c'est long et court.
Courage. Il faut s'entraider entre vériteurs.
Ricaric84 (membre) Le 16/11/2014 à 00:53 | #3
Parce qu'un enfant grandit vite, conjuguer son présent au futur proche : battez-vous pour obtenir l'autorisation de faire rentrer des bénévoles dans les classes : c'est de l'ordre du possible ou sinon direction la Belgique ou le Canada (pays intelligent, mais loin et froid l'hiver)
Si vous le voulez bien, je souhaite faire partie de votre collectif car il faut continuer de crier ensemble de là-bas en Belgique et d'ici en France. Amitiés sincères. Giselle MUSICIEN
Ricaric84 (membre) Le 16/11/2014 à 00:47 | #2
Mon message est dur. Mais, un enfant grandit vite : la seule solution serait de trouver un travail à la frontière ou mieux en Belgique (= ne plus payer vos impôts en France - La France vous ignore, et bien ignorez la.) et scolarisez vos enfants là-bas.
C'est le conseil que j'ai donné à une amie très proche : travaille et paie tes impôts là où il fait bon vivre..., là où tu donnes, dés maintenant, un avenir à ton enfant. On se rendra visite mutuellement. Fais vite car il n'y a peut-être plus beaucoup de place.
C'est beau d'être parvenu à créer un collectif. Il faut continuer à le faire vivre et à criez votre colère légitime. Mais, pour ma part, je suis désolée de vous dire que vous œuvrez surtout pour les enfants à naître. Pardon de vous livrer ma pensée. Pour mon mari (taper : musicien en haut, à droite de la page d'accueil - « rechercher »: vous aurez mes coordonnées)), je sais que c'est foutu pour lui. Mais, je veux porter le problème sur la voie publique. J'ai conscience que je me bats pour les futures personnes porteuses de ce cancer de la vessie pour lequel les laboratoires en France et à l'étranger ont décidé de réduire ou d'arrêter la fabrication. Il s'agit d'un médicament connu et efficace pour les guérir du cancer et aussi pour sauver leurs vessies. Pour nous et tous ceux qui sont tombés malades depuis 2012, c'est bien raté.
Pour vos enfants, réussissez là où c'est possible et de là-bas, criez pour les enfants à naître et pour ceux qui auront fait le choix de rester en France pour raisons familiales, raisons professionnelles ou car ils auront trouvé des bénévoles en France …comme moi, je crierais en France pour les élèves ou l'enfant de mes amies.
Saisissez tous votre chance en Belgique. Mon couple et les autres malades comme mon époux n'ont aucune chance, ni ici et ni ailleurs. Vous, vous avez un ailleurs possible.

Vous battre pour créer des emplois d'.. car c'est plus économique, même si c'est une vérité criante et légitime, c'est un possible presque impossible dans un futur proche.
lodie84 Le 16/11/2014 à 00:32 | #1
Tout mon message n'est pas facile à entendre. J'en suis désolée. Mais, je vous livre le fond de ma pensée.
Une amie fait ce métier précaire avec tout son cœur sans aucune formation. Elle craint en début de chaque rentrée scolaire de "ne pas savoir faire". Ni son travail et ni ces chagrins (vie qui quitte des enfants) ne sont pas pris en compte. Cette année, elle est soulagée car les enfants à aider n'ont pas un pronostic vital en jeu. Vous vous répétez beaucoup dans votre texte. Certains peuvent ne pas vous lire jusqu'au bout. Il faut synthétiser au maximum pour capter l'attention des « gens pressés de notre société ».
Il faut se battre toujours : notre pays dit "si grand" est toujours à la traîne et avec la réforme prévue pour début 2015 par Mme La Ministre de la santé, chargée en quelque sorte de "faire des économies", ce sera pire : Les CMPP vont retourner dans les hôpitaux car c'était trop bien de les avoir mis à proximité !!! Les formations vont "être déformées"!!! etc. Je vous conseille de vous rapprocher du "collectif des 39" à Paris qui est en lutte contre cette réforme de la santé. A chercher sur votre site de recherche habituel.

Une solution gagnante : formez vous-même des bénévoles ou des salariés-retraités ayant des faibles revenus (qui avec un petit salaire vont améliorer leurs pensions). Si l'éducation nationale ne les emploient pas, votre collectif ou votre association peut les rémunérer ou pour les bénévoles au moins les dédommager de leurs frais de déplacement...
Ces bénévoles seront riches du partage de vie avec vos enfants. Pour être heureux, il faut « Être » en relation et non « Avoir » des relations. Vos enfants « riches » d'émotions, de rires, de joies, de peines, d'erreurs, d'espoirs vont donner un sens à la retraite de certains ou rompre la solitude de ceux que leur famille abandonne (éloignement en distance de cœurs et ou en distance de kilomètres).

Notre pays préfère éloigner les enfants de leurs parents et de leur fratrie, plutôt que de les garder. La solution actuelle pour l'État français est le financement des taxis qui amènent vos enfants pour être scolarisés dans des écoles belges spécialisées où il y a déjà beaucoup d'enfants français. Le problème psychologique de la séparation de l'enfant, la cohésion et l'harmonie familiale sont votre souci, ceux des spécialistes et le mien.

Suite plus haut : je suis limitée en caractères. Giselle
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :