Toutes les Vérités > Meurtre du parking des Italiens : pourquoi Sébastien est innocent

Meurtre du parking des Italiens : pourquoi Sébastien est innocent

Thème : Justice, Injustice
Publiée le 12/11/2013 |
22252 | 5 |
Révélée par SEBESTINNOCENT Collectif |
5

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
Le 28 novembre 2010, Michèle Martinez est assassinée en Avignon. Rapidement, Sébastien Malinge est accusé et emprisonné. Pourtant, il ne connaît pas la victime…

Mise à jour du 8 janvier 2015 : une nouvelle condamnation en appel

 
Le procès en appel de Sébastien a eu lieu 7 au 10 décembre 2014. Il a de nouveau été condamné à 30 ans de prison. Le verdict s’est joué à une voix près. Plusieurs nouveaux éléments ont pourtant été révélés en sa faveur.
 
De nouveaux éléments
 
D’abord, le médecin légiste a enfin donné une heure précise du décès. Auparavant, il disait que Michèle Martinez était morte entre sept et neuf heures du matin. Désormais, on sait que le décès est intervenu précisément entre sept heures 30 et huit heures du matin. Or, à huit heures trois très précisément, Sébastien retrouvait son ami chez lui avec des croissants : les caméras de la ville d’Avignon en attestent ! Sébastien a donc un alibi qu’il n’avait pas auparavant.
 
L’enquête a également révélé que le blouson que Michèle Martinez portait ce jour-là appartenait à sa fille : c’était une taille M au lieu d’une L et on a retrouvé dans ses poches les clefs de la voiture et le porte -clefs de sa fille (sur lequel était inscrite sa date de naissance). Cela justifierait qu’on ait retrouvé de l’ADN de Sébastien sur ce blouson.
 
La suite : la cour de cassation
 
La prochaine étape est donc la cour de cassation. Sébastien a fait sa demande cinq jours après le verdict. On attend de savoir si ça requête va être acceptés. Du côté du comité de soutien, nous sommes entrés en contact avec Roger-Marc Moreau, un criminaliste spécialiste des erreurs judiciaires, qui va reprendre le dossier.
 
Malgré tout, Sébastien reste confiant : il n’est pas abattu et garde espoir. Il se dit que la justice va ouvrir les yeux puisqu’il se sait innocent. Nous ne lâchons rien et continuons de le soutenir au maximum.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Mise à jour du 26 juin 2014 : le complément d'information revenu vide

 
Depuis la publication de notre texte, le complément d'information qui devait enrichir l'enquête a été rendu. La présidente de la Cour d'assises de Nîmes avait en effet réclamé plusieurs éléments : les réauditions de Sébastien et de la fille de la victime, une confrontation entre eux, une nouvelle analyse ADN qui permettrait de prouver le transfert secondaire d'ADN et une analyse de la maison de la fille de la victime – qui n'a jamais été effectuée. Pourtant, seules les réauditions de Sébastien et de la fille de la victime ont eu lieu. En avril, le dossier de l'enquête est donc remonté vide à la Cour.
 
La semaine dernière, nous avons également obtenu la date d'une nouvelle demande de mise en liberté de Sébastien : elle est programmée au 6 août prochain, à la Cour d'assises de Nîmes. Comme le dossier de l'enquête ne comprend finalement pas d'éléments nouveaux, nous pourrons légitimement demander un second complément d'information.
 
A ce jour, nous attendons toujours la date du procès en appel.
 
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 

Retrouvez ci-après la Vérité du collectif de soutien de Sébastien


Sébastien Malinge est emprisonné depuis bientôt trois ans. Le 28 novembre 2010, Michèle Martinez est assassinée. Rapidement, les enquêteurs remontent à Sébastien car ils trouvent son ADN sur l’arme du crime – un tournevis – ainsi que sous les ongles de la victime. Problème : Sébastien ne connaît pas Michèle Martinez. Voici son histoire.
 
Le 23 décembre 2010, alors que Sébastien rentre d’une visite à ses enfants, la police l’arrête. C’est alors qu’il apprend l’assassinat d’une femme dont il n’a jamais entendu parler : Michèle Martinez. Elle a été tuée à l’aide d’un tournevis le 28 novembre 2010, sur le parking des Italiens en Avignon, alors qu’elle se rendait au bureau de tabac que sa fille lui avait indiqué. L’entourage de Sébastien est auditionné pour confirmer son alibi : le matin du crime, entre 5 et 8 heures du matin, il dormait seul chez lui, au Pontet. Il est rentré aux alentours de 5 heures, raccompagné chez lui par un ami, après une soirée donnée pour son anniversaire au Bocao’s, à côté du parking des Italiens. Quelques temps plus tard, la nouvelle tombe comme un couperet. Depuis le 24 décembre 2010, Sébastien vit à la prison du Pontet.
 
Son procès a lieu en mars 2012. Les avocats reçoivent la liste des témoins. Un nom attire l’attention de Sébastien : celui de la fille de la victime, qui n’est autre que son ancienne maîtresse, avec qui il est resté deux ans. Pendant tous ces mois, elle n’a jamais évoqué leur liaison alors que l’accusation n’est fondée que sur la découverte de l’ADN sur l’arme du crime ! A ce moment, notre défense s’étoffe : Sébastien raconte leur liaison, le fait qu’il dormait chez la victime sur le même canapé-lit que sa mère, qu’il a utilisé un tournevis pour faire des travaux à son domicile… et, surtout, qu’à aucun moment il n’a rencontré la victime. Malheureusement, malgré tous ces éléments et le fait que la fille de la victime ait dissimulé leur relation, Sébastien est condamné à trente ans de réclusion.
 
Pourquoi Sébastien est innocent
 
Toute l’accusation repose sur la présence de l’ADN de Sébastien sur l’arme du crime. Mais les experts ne tiennent pas compte du fait qu’il a vécu chez la fille de la victime et utilisé le tournevis pour des travaux. Un transfert est parfaitement possible, comme l’explique ce texte, extrait du « Blog des innocents » : « Je perds en moyenne plusieurs dizaines de cheveux par jour, je ne sais trop combien de poils, plein de bouts de peau. Quand je parle, je postillonne, parfois même je fume des clopes. Au cours d’une journée, je vais dans plusieurs endroits différents, je rencontre plein de gens et je suis proche d’une multitude d’objets. Je dépose un nombre impressionnant de traces ADN dans ces lieux, sur ces personnes, sur ces objets. Je recueille au passage involontairement un certain nombre de traces ADN laissées par d’autres gens et je peux aussi volontairement déplacer des traces ADN d’autres personnes que moi. Alors, me dire que je suis coupable de quelque chose parce qu’il y a mon ADN quelque part, n’est pas un argument très convaincant. » Les erreurs judiciaires liées à l’ADN sont nombreuses, l’affaire Patrick Dils en est un bon exemple.
 
De même, il n’y a aucun mobile ! Pourquoi Sébastien aurait-il tué Michèle Martinez ? Il ne la connaissait pas et ne l’avait même jamais vue. Comment aurait-il pu assassiner quelqu’un et paraître serein quelques heures après ? Plusieurs amis ont témoigné que le comportement de Sébastien était parfaitement normal le jour du crime. Comment aurait-il pu retourner à pied sur le parking des Italiens – juste à côté de la discothèque où il fêtait son anniversaire – pour assassiner cette pauvre femme, pour ensuite rentrer chez lui au Pontet toujours à pied, en plein jour et forcément recouvert de sang ?
 
Enfin, il ne faut pas oublier que Sébastien n’a pas été le premier suspect arrêté. Quelques jours après le meurtre, un homme échappé de l’hôpital psychiatrique a été retrouvé non loin du parking des Italiens. Plusieurs coupures de journaux découpées relatant le crime ont été retrouvées dans le coffre de sa voiture. De même, quand les gendarmes l’ont arrêté, il a immédiatement annoncé, avant même d’être interrogé : « Ce n’est pas moi pour le meurtre du parking des Italiens ! » Pourtant, après avoir été entendu au début de l’enquête, il a très rapidement été écarté car rien n’a été trouvé sur ses vêtements (il a dit aux enquêteurs ne pas s’être changé durant toute la semaine où il était en fuite).
 
Notre combat : le complément d’enquête
 
Aujourd’hui, Sébastien a 33 ans. Les dates du procès en appel étaient prévues les 22, 24 et 25 juin 2013 à Nîmes. Dans ses démarches, il est soutenu au quotidien par sa famille et son comité de soutien. Deux nouveaux avocats que nous avons contactés, Maître Billet et Maître Mestre ont accepté de collaborer avec Maître Guenoun et Maître Expert sur cette affaire. Ensemble, ils ont demandé un complément d’enquête qui vient d’être accepté par la Cours d’appel de Nîmes. Une procédure rarissime, qui prouve que la justice elle-même se remet en question.
 
Une analyse des pièces à conviction et du domicile de la fille de la victime est prévue, en tenant compte, cette fois, que Sébastien y a vécu deux ans. Le complément d’enquête devra ainsi répondre à plusieurs questions. Pourquoi la fille de la victime n’a-t-elle rien dit de leur relation pendant les 18 mois de la détention de Sébastien ? Pour quelle raison a-t-elle menti aux enquêteurs et durant le procès sans être inquiétée ? Pourquoi a-t-elle envoyé sa mère sur la « route de sa mort » alors qu’elle savait que le tabac qu’elle lui indiquait était fermé ? Pourquoi l’ADN de Sébastien a-t-il été trouvé sur le tournevis mais nulle part ailleurs sur le lieu du crime (il a été prouvé que des rochers retrouvés autour du corps ont également été utilisés pour tuer Michèle Martinez) ?
 
Cette condamnation se base sur trop d’incohérences : justice doit être faite.

Vous pouvez joindre son comité de soutien à l'adresse suivante : asoutienseb@hotmail.fr

Suivez l’actualité de ma Vérité grâce aux rebondissements

Le Vériteur

Photo du Vériteur

SEBESTINNOCENT Collectif

Sébastien Malinge est incarcéré depuis près de trois ans pour un crime qu'il n'a pas commis. Son collectif de défense, Seb est innocent, se bat pour sa libération. SIGNER LA PÉTITION https://secure.avaaz.org/fr/petition/Presidente_cours_dassise_de_Nimes_Complement_dinformation_dans_son_int...
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :