Toutes les Vérités > Laboratoires pharmaceutiques: mensonges, gloire et cupidité...

Laboratoires pharmaceutiques: mensonges, gloire et cupidité...

Thème : Santé, Sciences
Publiée le 13/05/2012 |
10554 | 6
Révélée par FREREJACQUES Didier |
1

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
Un livre, une expérience, un combat

Naissance du livre : 

Il est né par hasard. Un jour, j’ai reçu une lettre du service PMI (protection maternelle et infantile) me demandant de fournir une photocopie des deux pages de vaccination du carnet de santé de ma fille. Résolument contre le principe de l’obligation vaccinale en tant que tel, je n’ai eu d’autre choix que d’ écrire une lettre expliquant pourquoi je n’étais pas en mesure de le faire. Sans réponse de leur part, j’en ai alors déduit que j’avais dû soit les effrayer, soit les agacer. Trois ans plus tard, je reçois à nouveau la même lettre, mais cette fois-ci pour mon fils. Sans plus attendre, je reprends ma plume, renouvelle l’opération et obtiens toujours le même résultat. A savoir, un mutisme complet. Etonné malgré tout, je décide d’envoyer cette lettre par email au Docteur Marc Vercoutère qui a déjà écrit quelques livres sur le sujet et que je cite par ailleurs dans mon livre. Le soir même, le Docteur Vercoutère me joint par téléphone. D’abord surpris, puis honoré, nous passons plus d’une heure au téléphone à échanger nos points de vue sur la vaccination. Il me demande ensuite s’il peut se servir de ma lettre afin d’en faire bénéficier des parents, réfractaires eux aussi à la vaccination obligatoire, pour leurs enfants. Je lui donne tout naturellement mon accord et en profite pour lui demander ce qu’il a pensé de mon courrier. Il me dit en substance que la perfection n’est pas de ce monde, mais qu’il m’attribue bien volontiers une note de 19 sur 20 ; et d’ajouter en plus de cela, que je n’allais pas m’arrêter là et finir par écrire un livre. Je lui rétorque aussitôt que je n’ai ni le temps matériel, ni l’envie de m’engager dans pareille aventure.

Seulement, durant les semaines qui ont suivi, je n’ai eu de cesse de rajouter des annotations et des commentaires à cette fameuse lettre. Tant et si bien que deux à trois mois plus tard, une dizaine de pages venaient déjà de voir le jour. Je devais me rendre à l’évidence, ce Docteur avait vu juste, le sujet me passionne tellement que j’étais prêt à m’investir plus longuement. J’ai même été plus loin, puisque j’ai élargi le sujet aux laboratoires pharmaceutiques. Et puis je me suis dit qu’à mes enfants, que j’aime plus que tout au monde, j’aurai des explications à donner sur mes positions quand ils seront en âge de comprendre.

Après un an et demi d’investigation et d’écriture, manuscrit en main ; j’ai finalement pris la décision d’envoyer ce dernier à onze éditeurs. Quelques mois plus tard, ce n’est pas moins de neuf d’entre eux qui me répondaient par la positive. Pour les deux autres, si je n’ai pas retenu leur attention c’est uniquement parce que mon manuscrit n’était pas assez volumineux pour l’un ; et pour l’autre, je ne correspondais pas à leurs genres littéraires. Un auteur est par définition narcissique, dans le sens où il écrit d’abord pour se faire plaisir. En ce qui me concerne, cela a été tout le contraire. Au départ, ce manuscrit je le réservais exclusivement à mes enfants, par respect et amour pour eux. Puis à mesure que le manuscrit avançait je me suis dit la chose suivante : « Didier tu connais la vérité, alors tu te dois de la partager, non seulement avec ta famille mais également avec tes amis proches, car le sujet est trop grave ; sinon tu serais à même de culpabiliser toute ta vie s’il arrivait un accident post-vaccinal de type maladie auto-immune, cancer ou encore une mort subite du nourrisson, au sein de ton entourage ».

Aujourd’hui, je reçois des messages de sympathie et plus le temps passe, plus je m’aperçois de l’engouement qu’il suscite déjà ; et ce, bien au-delà de mon cercle d’ami. Ce qui me pousse à dire que finalement j’ai eu raison de me laisser tenter par l’édition. Alors à présent, je formule le souhait que ces écrits se répandent en tous lieux en tarissant la source des souffrances inutiles et nous permettent tous ensemble d’ouvrir la voie à la raison. Bonne lecture à tous, de la part d’un auteur qui vous veut vraiment du bien. "Laboratoires pharmaceutiques: mensonges, gloire et cupidité..." Aux Editions Praelego. Auteur: Didier Frèrejacques.

Pour vous mettre l'eau à la bouche,je vous livre ici ma préface ainsi que la quatrième de couverture. "Parce que trop de scandales sanitaires se perpétuent encore et toujours en toute impunité, l’heure est venue de lever tous les tabous et faire tomber les masques. A la lecture de cet ouvrage, la relation de confiance que vous entretenez avec votre médecin traitant, votre référent par excellence puisque vous l’avez choisi, va tout naturellement évoluer vers une relation médecin traitant-patient averti ; dans le sens où vous saurez lui poser les bonnes questions. Vous êtes forcément attachés à votre santé, comme à celle de vos proches ! Alors il est légitime que vous sachiez la vérité. Contrairement à ce que vous penser, vous n’avez pas que des devoirs et des obligations en matière de santé, vous avez aussi des droits ; à vous de l es faires valoir, votre capital santé vous appartient. Ne restez pas plus longtemps d’innocentes victimes dévouées corps et âme aux résolutions politiques de santé publique de notre pays ; de même que votre confiance envers les laboratoires pharmaceutiques ne doit plus être inébranlable. La vie est votre bien le plus précieux, sachez la préserver, soyez à présent maître de vos choix. Des scandales certes, il y en a tous les jours et nous faisons contre mauvaise fortune bon cœur; mais tout ce que je dénonce ici dépasse l’entendement, et n’est pas sans conséquence sur notre état de santé, voire sur l’espérance de vie qui nous est dévolue. Alors sans concession aucune, je lève le voile sur le plus grand scandale inavouable de toute l’histoire de la médecine ! « Dès que quelqu’un comprend qu’il est contraire à sa dignité d’homme d’obéir à des lois injustes, aucune tyrannie ne peut l’asservir » Gandhi." "Didier Frèrejacques dénonce ici certains scandales liés à des laboratoires pharmaceutiques et des décisions sanitaires prises "pour le bien des patients".

Vous allez découvrir dans ce livre que vous avez des droits en matière de santé et que vous êtes libre de choisir quand et comment être soigné. Les défauts de notre système de santé actuel sont mis en évidence et l'auteur informe le lecteur qu'il faut être très vigilant quant au choix de sa médication. Il faut faire des choix en toute connaissance de cause pour pouvoir en assumer les conséquences à court ou long terme. Didier Frèrejacques nous dévoile au travers de ce livre qui s'appuie sur de nombreuses recherches, les malversations et mensonges de ceux qui détiennent les rênes de la santé, notre santé".

Le Vériteur

Photo du Vériteur

FREREJACQUES Didier

né le 31.07.1966. Au Mans. 2 enfants : une fille de 7ans et un garçon de 4 ans. Vie en concubinage. Etudes : -Baccalauréat (option : techniques commerciales) en 1987. -D.E.U.S.T (Diplôme d’Etudes Universitaires Scientifiques et Techniques) en animation et gestion des équip...
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :