Toutes les Vérités > Ma vérité sur les écoles de commerce

Ma vérité sur les écoles de commerce

Publiée le 13/03/2013 |
14571 | 1
Révélée par TERRIEN Guillaume |
2

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Photo de la Vérité
Les études, ce passage de l'adolescence à l'âge adulte

5 ans !

5 longues années de farniente, de cours séchés, d’absences répétées, de professeurs/intervenants plus ou moins compétents, de soirées endiablées mais aussi d’alcool, de sexe à outrance et de drogue parfois dures. On pourrait presque croire que je décris ici une sorte de club Med pour adultes consentants interdit aux mineurs : ça en à tout l’air mais c’est beaucoup plus cher !

5 longues années à plus de 8000 euros l’unité, le calcul est rapide : 40 000 euros rien que pour les frais d’inscription dans l’école quelle qu’elle soit (les plus cotées sont les plus chères, évidemment !). Ajoutez à cela une touche de loyer si vous n’avez pas la chance d’étudier dans la même ville que vos géniteurs, un doigt de vie quotidienne – mieux vaut aimer les pâtes et le ketchup ! – et une touche de loisirs – comme les options « jet ski » et « cocktails dansants » du club Med, les options « boîtes de nuit », « week-end d’intégration », « sorties » sont à payer en supplément – et vous aurez la recette financière d’une école de commerce lambda !

Ce cocktail détonnant qui vous réveillera à la fin de la cinquième année par un appel d’un banquier courroucé et vous laissera un sérieux mal de crâne comme après quelques mojitos frelatés, c’est ce qu’on appelle le système « à l’américaine » et qui est supposé offrir aux étudiants un avenir « radieux » et les préserver de ce monstre moderne que l’on nomme – du bout des lèvres car l’on a trop peur d’être contaminé – le chômage !

5 longues années de cours passionnants (coût horaire d’un cours d’une heure et demie : en moyenne 30 euros !), de professeurs et professionnels motivés par la transmission de leur savoir à la future génération 2.0, à tous ceux qui ont toujours entendu : « l’avenir c’est vous ».

5 longues années d’une préparation optimale à l’entrée dans la vie active, façonnée par des stages en entreprise où la théorie est complétée par la pratique. 5 longues années de … non, j’déconne… La réalité est bien différente et il ne faudrait pas s’y tromper ;

L’école de commerce, c’est cinq ans d’un faible niveau intellectuel pendant lesquels on favorise la mentalité « bénéfices » au détriment d’un minimum de réflexion et de culture personnelle. L’école de commerce c’est, à peu de choses près, cinq ans après lesquels on est garanti d’obtenir son Master 2 si l’on est à jour dans le règlement des frais de scolarité.

L’école de commerce, c’est cinq ans de beuveries, d’échanges buccaux – pour les plus chastes – ou de réunions sexuelles – pour la majorité.

L’école de commerce, c’est 5 ans de superficialité dans le traitement des notions financières, économiques, comptables, sociologiques, managériales, statistiques et j’en passe… Mais il existe peut-être une autre vérité, bien plus sournoise, bien plus vile qu’on essaie encore – difficilement, laborieusement, inutilement – de nous cacher : l’école de commerce est surtout un endroit où l’on rencontre le fils d’untel, où l’on couche avec la fille d’unetelle, où l’on fréquente les milieux sociaux les plus favorisés de notre société et surtout, surtout, où l’on se créée un RESEAU ! Le mot est jeté, ça y est, plus rien ne pourra l’arrêter. Le réseau !

Voilà pourquoi on débourse des dizaines de milliers d’euros : pour se faire des copains riches qui nous aideront plus tard… Non, sérieusement, ne faudrait-il pas revoir un peu la copie ? N’y a-t-il pas quelques « petits » détails à changer ? L’école de commerce n’est-elle finalement pas un miroir des dérives de notre société ? Pour ma part, j’ai passé 5 années très agréables. Je parle couramment l'anglais et l'allemand, j’ai de bonnes notions dans quelques secteurs, une spécialisation en Management Culturel et Artistique, j’ai gagné en expérience « amoureuse », j’ai trouvé un emploi rapidement, j’ai un foie gros comme un chapon - et je peux donc tenir une négociation importante arrosée au vin sans aucun souci -, des poumons noirs comme de la suie, un bagout de vieux routard - bien qu’il ne soit pas encore très rodé -, des contacts dans de bonnes entreprises, des connaissances bien placées, un compte en banque dévasté, des milliers d’euros de prêt à rembourser mais en tous cas… je me suis vraiment bien amusé !

Retrouvez l'auteur sur publibook.com/librairie/livre.php?isbn=9782342004038 et procurez vous son roman "L'autre monde" pour plonger ou replonger dans vos années d'études... 
 

Le Vériteur

Photo du Vériteur

TERRIEN Guillaume

Jeune écrivain auteur du roman "L'autre monde" et président de l'association culturelle L'evenart.
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :