Toutes les Vérités > Mon documentaire sur l’autisme « Le Mur » libre de diffusion

Mon documentaire sur l’autisme « Le Mur » libre de diffusion

Publiée le 29/01/2014 |
11762 | 5
Révélée par ROBERT Sophie |
13

Restez informé !

Recevez quotidiennement
les nouvelles actualités
par e-mail.

Réagissez !

Pour réagir, vous pouvez :
S'inscrire ou réagir directement
Un espace de parole libre est disponible sur le forum, pour y accéder cliquez ici.

Les réactions(5 réactions)

martha Le 29/03/2014 à 10:35 | #9
Je n'ai pas d'enfant autiste mais j'en ai eu quelques-uns en cours. Avec un passif de 12 ans de travail psy avec un adepte de l'Ecole de la Cause Freudienne analysé par le Maître lui-même ,s'il vous plaît , je ne peux que réagir. Je fais partie des rescapés.Pour ce"travail" je devais m'a t'il été dit "payer les yeux de la tête" ,symboliquement mais aussi en monnaie sonnante et trébuchante !! Le jour où je suis partie j'ai eu le droit à "allez vous faire foutre ,vous allez aller dans le décor !!
Votre victoire et celle des parents d'enfants autistes est un gigantesque pas en avant.
Bravo pour votre courage et pour la suite.
tell qui doit doit étre. Le 14/03/2014 à 08:40 | #8
Bravo pour le courage et la ténacité de votre action qui est enfin reconnue, merci pour nos familles !!!
CRIFIP Asso (Vériteur) Le 06/03/2014 à 08:46 | #7
Moi aussi je m'interroge sur les déclassifications des dossiers Freud, "Aux archives Freud " met en appétit.
Ici c'est au sujet de l'autisme, mais d'autres cas psychiatriques sont identiquement malmenés actuellement: je veux parler des violences sexuelles sur mineurs. Ainsi on a pu entendre sur une chaine de service publique dans la bouche d'un pédopsychiatre extrêmement médiatique, le Dr Rufo, au sujet d'une femme de 28 ans hospitalisée en psychiatrie qui confie avoir subi dès ses trois ans des agressions sexuelles de la part d'un proche : "Là dans ce que vous décrivez, c’est complètement fantasmatique. Ca fait partie peut être de son organisation un peu plus de reconstruction délirante du monde où un ennemi , un agresseur existe fondu comme ça dans son histoire. Donc la première chose à faire c’est de vérifier auprès de la personne citée les choses : de dire voilà notre fille dit ça qu’en penses- tu ? "

Alors qu'on sait que les fausses allégations n'existent d'après toutes les études internationales que dans moins de 4 % des cas de révélations, affirmer l'existence d'un agresseur fondu comme çà dans l'histoire de la patiente, et recommander d'aller voir l'agresseur désigné par la patiente pour savoir la vérité, sans mentionner l'hypothèse d'un état de stress psychotraumatique (délire non psychotique), n'est ce pas plus probablement un débordement psychanalytique plutôt qu'une attitude scientifique et médicale? ne serait il pas temps pour les médias de faire une conversion majeure à la psychotraumatologie au lieu d'utiliser le mot psychanalyste comme synonyme de psychothérapeute?
sonia delhaye Le 02/02/2014 à 13:19 | #6
Bravo Sophie Robert pour ce travail courageux et salvateur !
Soutenez la !
Hervé . Le 29/01/2014 à 20:40 | #5
J'attends les rushs .

Et je m'interroge sur les déclassifications des dossiers Freud . 2020 ? 2050 ? A MA MORT ? Aprés ....................


Hervé .
X

Partagez ma Vérité sur :

Restez informé :